LE COIN DES BONNES ASTUCES

5 étapes pour bien préparer sa visite du Salon Vins et Gastronomie

 

1. On réfléchit à ce qu’on vient chercher.

S’il est plutôt sympathique de participer à une dégustation à l’aveugle, mieux vaut, en revanche, éviter d’arriver au salon à l’aveugle.

Conseil numéro 1, donc : « Se procurer le guide et prendre le temps de préparer son salon. Champagne ? Vins de garde ? Produits de fêtes ? On choisit des thèmes et on repère sur le papier ce qui est susceptible de nous intéresser et ce que l’on veut faire en priorité ».

 

 

2. On organise son plan de bataille.

Paradis des gourmands et des gourmets, ce salon est aussi un véritable labyrinthe. « On repère donc les numéros des stands où l’on veut s’attarder, et on définit un itinéraire stratégique pour éviter de multiplier les allers-retours inutiles. Le temps gagné pourra ensuite être utilisé pour flâner et faire des découvertes sans stress ».

 

 

3. Chaque chose en son temps.

Le salon dure plusieurs jours et, quand on a un billet, on peut revenir autant de fois qu’on veut. Si l’on a le temps, nous vous conseillons donc de parcourir le salon en deux étapes : un premier tour pour tester, un second pour finaliser. Si l’on ne dispose que de quelques heures, bien avoir en tête que les horaires qui semblent les plus agréables pour goûter des produits (entre 11 h et 14 h et après 17 h) sont aussi les créneaux où il y a le plus de monde… Donc où les stands sont le moins accessibles et les producteurs les moins disponibles. Pour une approche détendue, opter pour l’ouverture !

 

 

4. On profite des animations.

Outre la rencontre directe entre producteurs et consommateurs, l’intérêt de ce salon réside dans la pléthore d’animations proposées. « C’est gratuit, c’est très pro et c’est riche d’enseignements. Il y a une vraie interactivité et on peut glaner plein d’infos ».

 

 

5. On ne goûte pas tout, n’importe quoi, n’importe comment.

C’est une règle essentielle : « Il y a de très beaux produits et c’est tentant… Mais il faut se raisonner ! Ne pas hésiter à ne pas consommer et à cracher. Les producteurs ne vous en voudront pas ; au contraire, c’est une marque d’éducation. Tester trop de choses sature les papilles et prendre trop d’alcool altère le jugement ». Ensuite, « il faut y aller progressivement, par degré de puissance. On commence par des vins blancs secs et des champagnes, des produits de la mer et des fromages légers. Puis on peut attaquer les vins rouges légers, la charcuterie, puis des vins plus tanniques, des produits épicés, pour finir avec les liqueurs, les confitures, le chocolat et les macarons… ».

 

 

6.On a pas besoin d'être expert pour venir au salon Vins et Gastronomie

Si l’on n’y connaît rien du tout en vin, qu’on ne dispose pas d’un gros budget mais qu’on souhaite se doter d’une petite cave pour parer à toute éventualité, notre conseil est de panacher. L’idéal ? « Du blanc sec et léger qui ira avec du poisson, des coquillages et des produits iodés. Du blanc puissant pour aller avec des poissons en sauce, de la viande blanche et des plats à base de crème. Du vin rouge léger pour des viandes blanches et certains fromages, de chèvre notamment. Enfin, un peu de rouge puissant qui se mariera parfaitement avec des viandes rouges, des gibiers, des plats de caractère ou épicés… Et des effervescents parce que ça fait toujours plaisir ».

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE, A CONSOMMER AVEC MODERATION.

 

Partenaires